Harmonie Municipale de Danjoutin

Harmonie Municipale de Danjouin ©    Politique de confidentialité ; Conditions d’utilisation  

Haut de Page

Le grand rendez-vous musical annuel de l’Harmonie avec son public habituel.

Succès cette année encore : 280 personnes.

Deux ensembles : un orchestre d’harmonie et un orchestre de jazz manouche, orchestres différents oui, mais tellement complémentaires.

Voir le programme.


La première partie : l’Harmonie de Danjoutin

Concert de gala de L’Harmonie de Danjoutin

Samedi 18 avril 2015

Première étape au milieu du 19ème siècle, par l’interprétation d’un arrangement sur deux airs de FAUST, célèbre opéra de Charles Gounod, arrangement choisi pour mettre en valeur le pupitre de clairons et tambour, instruments d’ordonnance que l’harmonie de Danjoutin a la chance de posséder pour les cérémonies commémoratives patriotiques.


Ensuite l’Adagio de la sonate pathétique de Beethoven, dont le thème est présenté par le saxophone soprano repris par différents instruments sur un rythme de
slow-rock.

La musique dite ‘’classique’’ pouvant être très populaire, les musiciens ont interprété une pièce musicale composée de 14 thèmes mondialement connus et s’enchainant parfaitement, extraits d’œuvres de 10 compositeurs parmi les plus célèbres : Bach, Beethoven, Bizet, Brahms, Dvorak, Grieg, Mozart, Offenbach, Purcell, Rossini.


Deux instruments solistes ont été particulièrement distingués :

- le bugle dans une œuvre dont seul un virtuose peut lui donner le relief qu’elle mérite: le Carnaval de Venise, avec des variations du thème principal de plus en plus impressionnantes et difficiles,

- le cor d’Harmonie, avec le thème du film ‘’Breakfast at Tiffany’s’’, œuvre d’Henri Mancini, compositeur américain de musiques de films, dont les airs reflétant nostalgie et romantisme sont accentués par le timbre du cor.

Henry Mancini méritait que l’on visite d’autres pages plus enjouées de son œuvre, avec un medley composé de quatre de ses grands succès : la panthère rose, la marche des éléphanteaux, l’arbre chéri, et enfin Peter Gun, en terminant sur un rock endiablé rythmé par une sorte de basse continue.

Durant l’interprétation de la musique du film ‘’la 7ème Compagnie’’, une reconstitution hilarante de la séquence du dynamitage du pont a mis en scène le soldat, avec casque et uniforme, raccordant les explosifs.

Pour ce gala 2015, la Direction a retenu les orientations suivantes :

- un voyage musical dans le temps, du 17ème siècle au 20ème siècle

- la découverte et le contraste des mélodies devenues populaires et des œuvres  intemporelles créées par les grands compositeurs classiques,

- une étape au 20ème siècle avec les musiques de films,

- la volonté de mettre en valeur les différents pupitres d’instruments.

La seconde partie : le quartette Guitar’Swing

Musique swing manouche avec improvisation et chants.

Le quartette est resté fidèle à l’initiateur du style jazz manouche, le guitariste de légende Django Reinhardt, avec les instruments de base : guitares, contrebasse à cordes, accordéon.

Bernard, le guitariste du groupe, a présenté avec beaucoup d’esprit chaque œuvre interprétée.

Avec les 11 œuvres proposées dans les différents rythmes, les musiciens de quartette nous ont fait voyager à l’époque où ‘’Django et ses amis enflammaient les parquets parisiens’’ comme Bernard l’a malicieusement souligné.

Nuage, la composition bien connue de Django Reinhardt, revisitée par le quartette a été particulièrement appréciée et applaudie par le public.